Partagez | 
 

 Élisabeth Vigée Le Brun

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Artisite
Admin


Messages : 81
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: Élisabeth Vigée Le Brun   Ven 15 Fév - 10:38

Elle est née le 16 avril 1755 à Paris et morte dans la même ville le 30 mars 1842. Elle est une peintre française, considérée comme une grande portraitiste de son temps à l'égal de Quentin de La Tour ou Jean-Baptiste Greuze.
Le premier professeur d’Élisabeth fut son père, mais très vite, alors qu’elle a juste 12 ans, il meurt accidentellement. Après ce décès, dont elle mettra longtemps à se remettre, c’est un autre peintre, Gabriel Briard, meilleur ami de la famille et célèbre en son temps comme peintre d'histoire, qui l’encourage à persévérer dans le pastel et dans l’huile, conseil qu’elle suivra. Briard est membre de l’Académie royale de peinture, et donne volontiers des leçons, même s’il n’est pas encore professeur. C’est au Louvre qu’elle fait la connaissance de Joseph Vernet, artiste célèbre dans toute l’Europe. Jean-Baptiste Greuze s'intéresse aussi à elle, lui donne des conseils. De plus la renommée de ces peintres lui ouvre toutes les portes des collections d'art privées princières et aristocratiques à Paris, où elle peut étudier à loisir les grands maîtres, copier des têtes de Rembrandt, Van Dyck ou Greuze. Toute sa vie ce besoin d’apprendre ne la quittera pas, car elle a compris qu’un don se travaille. Déjà on lui commande des portraits et elle commence à gagner sa vie.

Elle a juste quinze ans quand elle peint son premier chef-d’œuvre, un portrait de sa mère:



Louise-Élisabeth s’établit en face du Palais-Royal, à quinze ans, comme peintre professionnelle et les commandes affluent. En 1775, elle offre à l’Académie Royale deux portraits; en récompense, elle est admise aux séances publiques de l’Académie. Le 11 janvier 1776, elle épouse Jean-Baptiste-Pierre Le Brun, lointain neveu du peintre Lebrun qui travailla pour Louis XIV. S'il est mauvais époux, exploitant la célébrité de son épouse et mauvais peintre à ses heures, il devient en revanche un marchand de tableaux très talentueux qui fait beaucoup pour la carrière de sa talentueuse épouse.Le 30 novembre 1776, Élisabeth est admise à travailler pour la Cour. Ses portraits de femmes, à la fois ressemblants et flatteurs, lui attirent la sympathie de la reine qui fait d’elle non seulement son peintre favori mais aussi son peintre officiel.
Portait de Marie Antoinette d'Autriche:



Un tel succès a des contreparties : on médit, on présente l’artiste comme une débauchée, d’être une dépensière qui se chaufferait en brûlant des billets et des lambris dorés, d’être l’amante de tout Paris. Alors que la famille royale est ramenée de force à Paris, Élisabeth quitte la capitale avec sa fille,laissant derrière elle son époux qui l'encourage à partir, ses peintures et sa fortune. Sa réputation de peintre est telle que partout, elle est reçue. De plus, elle retrouve nombre de ses relations, qui, comme elle, ont fui la Révolution.Sa réputation de peintre est telle que partout, elle est reçue. De plus, elle retrouve nombre de ses relations, qui, comme elle, ont fui la Révolution.
Pendant ces voyages en 1790 elle peint son plus célèbre autoportrait:



Le retour d’Élisabeth est salué par la presse, mais elle a du mal à retrouver sa place dans la nouvelle société. De ce fait elle repart en voyage et visite longuement l'Angleterre et la Suisse. Puis, elle revient en France.
En 1805 elle peint Caroline Murat, une des sœurs de Napoléon. Cela se passe mal : « J’ai peint de véritables princesses qui ne m’ont jamais tourmentée et ne m’ont pas fait attendre » conteste la peintre. Elle vieillit doucement, entourée des siens ; en proie à des attaques cérébrales, elle perd la vue après une attaque plus sérieuse.

Adeline

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artisite.fr-bb.com
 
Élisabeth Vigée Le Brun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» daehyun avatar
» j'suis le cousin brun de winnie l'ourson en plus grand et plus grognon
» GITANES INTERNATIONALES - Y a-t'il un liquide équivalent chez Dekang ?
» FouChapelier/Le Magicien Brun/etc
» Tape, tape dans tes mains, Petit Ours Brun ♫ ♪

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Rubriques :: XVIIIe siècle :: Peinture-
Sauter vers: