Partagez | 
 

 L'histoire du XVIIe siècle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Artisite
Admin


Messages : 81
Date d'inscription : 30/11/2012

MessageSujet: L'histoire du XVIIe siècle    Ven 1 Fév - 11:04

L'Histoire de France au XVIIe siècle est marquée par l'apogée du pouvoir royal, qui devient absolu. Après la paix des Pyrénées (1659), le royaume de France devient une puissance dont le rayonnement s'étend à une grande partie de l'Europe.
Cette période est marquée, en Europe, par la guerre de Trente Ans (1618-1648), et par un ensemble d'autres guerres par lesquelles les rois ou princes des différents pays cherchent à détrôner les rois étrangers afin de récupérer un maximum de pouvoir.
Mais c'est aussi une période de très grands changements du point de vue culturel. La culture française rayonne en Europe, dans tous les domaines, appuyée par la création d'Académies : la littérature, les arts, les sciences. Le français est confirmé comme la langue des grands écrivains (Molière, Corneille…). La peinture, la sculpture, l'architecture, et la musique sont florissantes. Les scientifiques français tiennent une place très importante en Europe (astronomie, mathématiques, physique, optique), avec Fermat, Pascal, Descartes…

liste d'homme et de femme politique important en Europe au 17e siècle:
Johan van Oldenbarnevelt (1547 - 1619), grand avocat des États de Hollande incarnant les rébellions néerlandaises après la mort de Guillaume d'Orange, il contribue durablement à l'édification de l'armature politique des Provinces-Unies et aux négociations de paix avec l'Espagne (1609-1621) ;
Marie de Médicis (1575 - 1642), reine puis régente de France ;
Le cardinal de Richelieu (Paris, 1585 - id., 1642) (Armand-Jean du Plessis, dit Richelieu), homme d'État français ;
Oliver Cromwell (1599 - 1658), Lord protecteur du Commonwealth d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande de 1653 à 1658, accédant au pouvoir suite à la Révolution anglaise ;
Louis XIII (1601 - 1643), roi de France ;
Mazarin (1602 - 1661), cardinal rendu célèbre par la plume de Dumas ;
Colbert (1619 - 1683) et Louvois (1641 - 1691), ministres de Louis XIV ;
Johan de Witt (1625 - 1672), mathématicien et grand pensionnaire de Hollande aux États généraux, tête dirigeante de la République des Provinces-Unies de 1653 à 1672, il mène de front les guerres anglo-néerlandaises ;
Charles II d'Angleterre (1630 - 1685), fils de Charles Ier d'Angleterre, accédant au trône anglais lors de la Restauration de la monarchie en 1660 ;
Louis XIV (Saint-Germain-en-Laye, 1638 - Versailles, 1715), roi de France, symbole de l'absolutisme en France ;
Guillaume III (1650 - 1702), stathouder de cinq des sept provinces néerlandaises puis instigateur de la Glorieuse Révolution anglaise, il mène l'invasion néerlandaise de 1688 - 1689 qui le couronne roi-consort d'Angleterre et d'Écosse aux côtés de Marie Stuart, son épouse ;
Philippe IV d'Espagne (1605 - 1665), roi de Espagne;
Gaspar de Guzmán, comte d'Olivares (1587 - 1645), ministre et favori royal espagnol;
Pierre le Grand (1672 - 1725), tsar et empereur russe.
histoire:
Les artistes et les intellectuels français sont alors au cœur des réseaux culturels européens.
C'est la raison pour laquelle le XVIIe siècle est quelquefois appelé en France le Grand Siècle.

les rois de France du XVIIe siècle sont trois : - Henri IV (Henri de Navarre):
- Né à Pau le 13 décembre 1553, assassiné à Paris par Ravaillac le 14 mai 1610, Henri de Navarre roi de France de 1589 à 1610 sous le nom d’Henri IV et de Navarre de 1572 à 1610, est le fils d’Antoine de Bourbon et de Jeanne III d'Albret, reine de Navarre.
Bien que baptisé en 1554, il reçoit de sa mère une éducation calviniste qui le fera passer à la religion réformée dès la fin 1559.
Après une jeunesse passée dans le Béarn jusqu’à l’âge de 8 ans, c’est à la cour que se poursuit son éducation.
Il revient au catholicisme pendant quelques mois et ce jusqu’à la mort de son père en 1562. Son retour au calvinisme se concrétise par sa présence et celle de sa mère au synode de la Rochelle qui élabore les bases de l’Église réformée de France.
En 1589, Henri III meurt assassiné par Jacques Clément, un dominicain. Jacques Clément aurait été " la main de Dieu " qui frappa le souverain qui osa s'allier à Henri de Navarre l'hérétique.
Seul roi légitime à la mort d'Henri III, Henri de Navarre abjure le protestantisme le 25 juillet 1593 dans l'église abbatiale de Saint-Denis, Le Pape Clément VIII l'absout le 17 novembre 1595. Il est ensuite sacré à Chartres (Reims étant aux mains des ligueurs) le 24 février 1594. Quelques mois plus tard en mars, il entre à Paris triomphant, la ville était au main de la Ligue depuis 1588.
Henri IV restaure l’État et le pouvoir monarchique, et pense surtout à reconstruire la France, déchirée par plus de trente ans de guerre civile. Il est aidé dans son entreprise par des conseillers choisis pour leur valeur, ex-ligueurs ou huguenots. Le duc de Sully, qui restera toujours protestant bien qu’ayant conseillé au roi de se convertir, sera son principal ministre et ami ainsi que Villeroy, ancien ligueur, homme de robe, véritable ministre des Affaires étrangères.
En 1610 Henri IV, disposant d’une armée entièrement réorganisée par Sully, décide de lancer la guerre contre les Habsbourg dont les armées occupaient Clèves et Juliers depuis le début de l’année.
Le roi s’apprêtant à rejoindre son armée est assassiné par Ravaillac, un catholique fanatisé, le 14 mai 1610, rue de la Ferronnerie à Paris.


- Louis XIII(le juste):
- Né le 27 septembre 1601 Fontainebleau, il est mort le 14 mai 1643 à Saint-Germain-en-Laye, roi de France et de Navarre (1610-1643). Il est le fils de Henri IV et de Marie de Médicis et le père de Louis XIV.
Son règne est marqué par l'affaiblissement des Grands et des protestants et la lutte contre la maison de Habsbourg. L'image de ce roi est inséparable de celle de son principal ministre, le cardinal de Richelieu.

- Louis XIV (le roi soleil):
- Né le 5 septembre 1638 à Saint-Germain-en-Laye et mort le 1er septembre 1715 à Versailles, est un roi de France et de Navarre.
Louis-Dieudonné monte en 1643 sur le trône au décès de son père Louis XIII, le 14 mai 1643, quelques mois avant son cinquième anniversaire. Il est le 64e roi de France, le 44e roi de Navarre et le troisième des rois de la famille Bourbon. Son règne de 72 ans est l’un des plus longs de l'histoire de l'Europe.
Il marque l'apogée de la construction séculaire d'un absolutisme de droit divin. Après une minorité troublée par la révolte de la Fronde (1648-1653), Louis XIV assume personnellement le gouvernement à la mort du cardinal Mazarin en 1661 en ne prenant plus de ministre principal. Son autorité se déploie avec la fin des grandes révoltes nobiliaires, parlementaires, protestantes et paysannes qui avaient marqué les décennies précédentes. Le monarque impose l'obéissance à tous les ordres et contrôle les courants d'opinion y compris littéraires ou religieux (répression des jansénistes et révocation de l'édit de Nantes en 1685). Louis XIV construit un État centralisé, où son rôle direct est encore accentué après le décès des ministres Colbert (1683) et Louvois (1691).
Par la diplomatie et la guerre, il accroît sa puissance en Europe, en particulier contre les Habsbourg. Sa politique du « pré carré » cherche à agrandir et rationaliser les frontières du pays, protégée par une « ceinture de fer » (fortification des villes conquises par Vauban). Pour obtenir une prédominance économique, un effort de développement commercial et colonial est conduit, notamment par son ministre Colbert.
À partir de 1682, Louis XIV dirige son royaume depuis le vaste château de Versailles, modèle architectural de nombreux palais européens et dont il a dirigé la construction. Une cour soumet la noblesse, étroitement surveillée, à une étiquette très élaborée. Le prestige culturel s'y affirme grâce au mécénat royal en faveur d'artistes tels que Molière, Racine, Boileau, Lully, Le Brun et Le Nôtre, ce qui favorise l'apogée du classicisme français, qualifié, dès son vivant, de « Grand Siècle », voire de « Siècle de Louis XIV ».
Sa difficile fin de règne est marquée par l'exode des protestants persécutés, par des revers militaires, par les deux famines de 1693 et de 1709 qui font près de deux millions de morts, par la révolte des Camisards et par de nombreux décès dans la famille royale. Son successeur Louis XV (un arrière-petit-fils) n'a que cinq ans à la mort du roi, et pourtant, même après la régence, l'absolutisme perdure, marquant la solidité du régime construit par Louis XIV.
Habité par l'idée de sa gloire et de son droit divin, soucieux d'accomplir en permanence son « métier de roi », Louis XIV est devenu l'archétype du monarque absolu.


mais ce siècle est marqué aussi par les arts et sciences avec:
la littérature et ses deux genres littéraires : baroque et classicisme et des auteur tels que :
- Racine
- Corneille
- La Fontaine
- Mme de Sévigné
- René Descartes
- Molière
- Blaise Pascal
- Viau
- Savinien Cyrano de Bergerac
- La Bruyère
- Scarron

Nicolas Lebègue, Guillaume-Gabriel Nivers, Lambert Chaumont, Gilles Jullien, Jacques Boyvin, Louis-Nicolas Clérambault, Jean-François Dandrieu et lully

Sa philosophie :
La première moitié du XVIIe siècle est marquée en Europe par la controverse ptoléméo-copernicienne. À la suite du procès de Galilée (1633), plusieurs scientifiques, dont Descartes, prennent position contre les méthodes d'étude de la scolastique, fondées sur la philosophie d'Aristote, en critiquant la philosophie première.
Les réseaux d'échange européens, avec Peiresc, Marin Mersenne, permettent aux scientifiques d'échanger leurs points de vue. Plusieurs religieux français de cette époque (Mersenne, Gassendi, Malebranche) adoptent des positions métaphysiques voisines de celles de Descartes, avec quelquefois des nuances. C'est le début de la révolution mécaniste.
Pascal emprunte des voies différentes, se ralliant au jansénisme.
Cartésianisme, jansénisme, quiétisme, jésuitisme, christianisme et classicisme ne résument pas à eux seuls ces cent ans et les « libertins baroques » (Pierre Charron, La Mothe le Vayer, Saint-Evremond, Pierre Gassendi, Savinien Cyrano de Bergerac et Baruch Spinoza) entre autres, n'ont pas oublié ni Démocrite, ni Leucippe, ni Épicure, ni Lucrèce…

Ou encore sa peinture :
marquée par l'influence du Grand Siècle, période florissante pour toutes les branches de la culture en France (Littérature française du XVIIe siècle…), dont la peinture. Depuis le début de la Renaissance, c'est l'Italie qui était le centre de l'art. Dans la seconde moitié du XVIIe siècle on assiste à un détournement vers la France (même si Rome garde son prestige). Deux des plus grands artistes du XVIIe siècle, célébrés de leur vivant, sont français : Nicolas Poussin et Claude Gellée. D'autres comme Georges de La Tour et les frères Le Nain ont été oubliés après leur mort et progressivement redécouverts au XIXe et XXe siècle pour être enfin reconnus comme des peintres majeurs de leur siècle.


FIN
Benoît Duband
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://artisite.fr-bb.com
 
L'histoire du XVIIe siècle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire d'une vie, l'histoire d'une envie.
» [Résolu] histoire de souris
» Histoire d'une migration ?
» C'est l'histoire d'une cerise qui bouffait des pastèques.
» KL'Histoire Episode 29

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Rubriques :: XVIIe siècle :: Contexte historique-
Sauter vers: